INTERDIT DE TIRER DES PHOTOS SANS AUTORISATION DU PROPRIETAIRE DU SITE
Classificateur agréé par la FCF N° 913
Copyright © 2011- 2017 www.racingpigeonsring.com - Tous droits réservés
Ma Passion : Les Pigeons Voyageur et un passionné de la Race CASAERT M&G et CASAERT-SENECHAL

Cassaert Maurice et Grégory, "Ils sont à la colombophilie ce qu’Armstrong est au Tour de France"

Cassaert Maurice et Grégory, "Ils sont à la colombophilie ce

qu’Armstrong est au Tour de France"

 

 

Maurice et Grégory CASAERT - de Néchin
Vainqueurs nationaux du Brive II

 

 

Un troisième fleuron vient s'ajouter à leur prestigieuse collection!
Attention, ne nous faites pas écrire ce que nous ne pensons guère et lier notre comparaison aux suspicions de dopage ayant la vie dure, aussi bien en colombophilie que dans le milieu cycliste! Là n'est pas l'objet de notre propos dans le titre. Il est plus facile pour les adversaires de se réfugier derrière de telles affirmations gratuites et dégradantes que de plutôt s'atteler à la tâche en se posant les vraies questions et en trouvant les réponses idoines. A ce titre, les commentaires entendus dans la dernière grande boucle et relayés de façon souvent abjecte par les journalistes manquant totalement d'objectivité sont de nature à jeter le discrédit sur les véritables performances. Ils ne sont même pas honnêtes avec eux-mêmes en admettant qu'un être doté d'une force de caractère exceptionnelle, capable de vaincre un cancer, armé d'un courage et d'une volonté de toujours se perfectionner, soit en mesure d'accomplir des exploits hors du commun et de repousser toujours plus loin les limites. Le champion texan n'a que peu d'attention à accorder à leurs divagations extravagantes, il travaille sans relâche pour cueillir les fruits de sa passion. Il étudie, prépare, répète et toujours se remet en question en allant jusqu'au bout de lui-même. Il connaît son métier sur le bout des doigts, pratique son sport à 200 % et est cycliste 365 jours par an. Sa vie, c'est le vélo, son sport est prioritaire sur tout le reste. De plus, comme les plus grands champions, dans n'importe quelle discipline, il est doté au départ d'un potentiel supérieur à la moyenne, un être à part que la nature a bâti avec des qualités qui font qu'il possède toujours une longueur d'avance sur la masse.
Un champion!

Dans un autre domaine, celui qui nous intéresse, la colombophilie, nous l'avons déjà écrit à maintes reprises, nous trouvons ce même type d'individus, des êtres supérieurs à la moyenne, doués et dotés de capacités qui font qu'ils ont eux aussi une longueur d'avance. Ne pensez pas non plus qu'il leur suffit de paraître pour vaincre. A l'instar du champion cycliste, ce sont de vrais perfectionnistes qui ne se montrent jamais satisfaits et qui sont toujours à la recherche du petit élément qui viendra bonifier leurs performances.
A Néchin, c'est également 365 jours par an que l'on s'attelle à la tâche, que l'on teste, peaufine, améliore et toujours et encore, sans relâche. Maurice, le chef de la tribu Casaert, est un connaisseur comme il en existe très peu, un être doué d'un talent supérieur. Alors que les mauvaises langues sont occupées à refaire le monde au coin du comptoir et tentent d'expliquer la recette de cette réussite, chez les Casaert on s'occupe des pigeons, non seulement des oiseaux accomplissant les exploits mais on s'affaire également à remonter le moral des retardataires en leur apportant les soins nécessaires à l'accomplissement d'une performance future. Chez Casaert on n'a que faire de ces commentaires douteux et plus dictés par la jalousie, chez Casaert on connaît son métier et on s'applique à le faire toujours mieux. Ne cherchez pas ailleurs le motif de la réussite, c'est dans le dépassement de soi qu'elle trouve ses racines.

 

 

Trois fils, trois victoires nationales et trois voitures...
C'est comme cela que Jean Moreau, l'ami de la famille, applaudissait ce nouvel exploit en envoyant les fleurs saluant la performance, faisant figurer ces petits mots au dos de la carte de visite. Nous serions tenté d'ajouter et trois femmes! Polygames les Casaert? Pas du tout! En réalité ces trois femmes ne font qu'une seule: Julienne, l'épouse de Maurice et la maman, donc, des trois garçons Casaert.
La première femme qui est en Julienne est celle maîtresse de maison, s'occupant des siens avec un amour qui se lit dans son regard. Julienne est une personne d'une gentillesse incroyable, veillant sur sa progéniture comme une mère poule sur ses poussins.
Il y a ensuite Julienne qui reçoit les visiteurs chez elle et là pas de repos! La maison Casaert ne désemplit jamais. L'un se présente pour acquérir des pigeons, l'autre vient chercher quelques conseils judicieux, un troisième vient simplement par courtoisie mais jamais la maison n'est vide d'invités. Et c'est toujours égale à elle-même que Julienne reçoit ses hôtes, jamais un moment d'énervement, toujours une parole aimable ou réconfortante.

Il y a enfin Julienne soigneuse du colombier champion. Depuis quelques années, Maurice est aux prises avec des problèmes respiratoires qui l'obligent à se tenir éloigné de toute projection de poussière, pas question donc de squatter les colombiers. Les fils, les deux plus vieux, volent de leurs propres ailes et ont quitté le nid familial. Le dernier, Grégory, occupe un emploi au Luxembourg et y dort la semaine, ne venant aux colombiers que le week-end. C'est donc ici qu'intervient la troisième femme Casaert qui vient apporter la touche féminine au nettoyage quotidien et, croyez-nous, cela se remarque une présence féminine au colombier!

Trois fils...
Le clan Casaert est donc composé de trois fils. L'aîné, Maurice, a déjà joué en son propre colombier et a même chatouillé la tête de l'un ou l'autre concours national. Après quelques problèmes familiaux, il est venu s'installer dans la maison voisine à celle de ses parents et se retrouve comme un poisson dans l'eau au milieu du colombier paternel...

Sébastien, le second, joue à Saint-Léger sous la dénomination Casaert-Sénéchal et écrase la concurrence lors des concours réservés aux jeunes. Il avait par le passé présidé aux destinées de la colonie Hetru de Kain et avait alors écrit les plus belles lignes du palmarès du célèbre centre d'élevage en France.
Parti chez Toye, il propulsa le champion flandrien en tête de tous les concours nationaux durant deux saisons dans la catégorie des jeunes.

Le troisième fils est Grégory, le plus jeune mais certes pas le moins doué. Il doit être né dans un plateau et sa passion pour le pigeon voyageur n'a pas de limites. Comme vu plus haut, il travaille très loin de son domicile, dans le milieu bancaire et ne peut donc être à la maison que le week-end. Suffisant pour qu’il puisse vivre cette victoire nationale en direct, enfin, dirions-nous, puisque lors des deux premiers exploits il ne se trouvait au poste personnellement.

Trois victoires nationales...
Et quelles victoires, amis lecteurs! Des victoires obtenues dans les conditions les plus difficiles, celles où il est fait appel à la qualité intrinsèque de l'oiseau mais aussi de son soigneur! Il n'y a que des pigeons au sommet de leur condition capables d'accomplir de si grands exploits et à Néchin on s'y connaît pour n’envoyer que des oiseaux au moral d'acier.
Nous allons donc remonter le temps, nous remettre en mémoire les exploits précédents et de la même manière faire connaissance avec la base du colombier de reproduction. C’est ce qui frappe chez Casaert, tout est lié, tout se tient, le succès s’est construit patiemment, intelligemment et ne peut donc que durer.

Lors du concours national de Montauban en 1992, un seul voiler avait été envoyé au front. Ce Montauban fut le plus exigeant de son histoire. Le lâcher fut reporté au mercredi et c’est dans une fournaise avec un violent vent de face que les pigeons durent évoluer. Avec 20 minutes d’avance sur le reste de la troupe, «L’Invincible Montauban» déchira l’atmosphère surchauffée pour faire une entrée triomphale en terres néchinoises. Le 628452/90 venait d’accomplir un exploit qui resterait gravé à vie dans les mémoires. Dans son pedigree, on retrouve alors le véritable socle sur lequel le champion de Néchin à construit sa colonie. Son père est le «Plume Blanche», venant du «Petit Bleu» de l’origine Borghmans de Turnhout et d’une femelle Gillyns de Steenhuffel. Cette souche du «Vieux Borgne» Borghmans est toujours bien présente à l’heure actuelle. La mère du vainqueur national de Montauban est une femelle d’exception, une poule aux œufs d’or. La «Belle Deseyn» est une fille du 1er national Limoges de chez Deseyn-Vandemeulebroeck de Vichte X une sœur au premier national Narbonne en 1987. La crème de chez Deseyn-Vandemeulebroeck avec des pigeons que l’on retrouve dans le pedigree de nombreux champions de par le monde.

En 2000, on prend les mêmes conditions météorologiques, avec juste un peu moins de soleil. Vent fort de bec et à nouveau bingo pour les Casaert sur Souillac cette fois. C'est le «Nasdaq» qui fait sauter la banque!
Le père du lauréat de Souillac est un super voilier, le «Limoges», capable du pire comme du meilleur au voyage, tantôt il enlève le 6e national Limoges et tantôt il rate lamentablement pour se rattraper un an plus tard avec le 36e national toujours sur Limoges. Il ne présentera pas de tels ratés au colombier de reproduction, il était déjà le père du vainqueur semi-national d’Argenton et le voilà papa d’un vainqueur national à présent, sur Souillac.
Le père du «Limoges» gagna lui-même une victoire sur Châteauroux et engendra également le «Turbo», 4e national Brive. Il faisait aussi partie des reproducteurs de base. La mère du «Limoges» est «Wonder Woman», elle est issue d’un demi-frère au vainqueur national de Montauban X une femelle descendant le l’écaillée Gillyns dont question dans le pedigree du «Montauban».
La mère du vainqueur national de Souillac est «Arcadia», une femelle en or également, mère du vainqueur semi-national Argenton, du vainqueur provincial Châteauroux et d’une quantité incroyable d’as-pigeons. Elle vient du «Bronzé» qui se distingua avec un 6e national Brive, 11e et 15e national Tulle, etc. Ce «Bronzé» n’est autre qu’un propre frère au «Montauban». La mère de «Arcadia» est la «Belle Deseyn» qui n’est autre que la mère du vainqueur de Montauban. Une consanguinité explosive, n’est-il pas?

 

 

Et, tout naturellement, nous en venons à présent au vainqueur national de Brive en 2004. Le «Mistral», gagnant, comme le chanterait Renaud, s’est donc imposé dans les mêmes conditions de vol que ses deux prédécesseurs. Il avait déjà à son actif le 1er de Chantilly, une victoire provinciale sur Limoges et une autre sur Brive. Lors du premier Brive il se classa 36e national de 19.477 vieux.
Le père du «Mistral», 9071581/02, est aussi un vainqueur puisqu’il remporta le 1er semi-national d’Argenton contre 7613 pigeons avant de se perdre sur un entraînement d’une dizaine de kilomètres en début de campagne suivante…
Il avait toutefois laissé un cadeau royal en guise d’adieu. Ce pigeon venait d’un vieux mâle acquis chez André Dedeyne de Halluin en France. Des nombreuses visites françaises qu’il reçoit chez lui, Maurice entendait souvent parler d’un André Dedeyne qui cassait la baraque. Il pouvait aligner les 10 premiers de n’importe quel concours de vitesse. Il se cantonnait aux épreuves de vitesse tellement il était amoureux de ses pigeons et ne supportait de les voir éloignés plus d’une nuit de son domicile. Pensez donc, les engager en demi-fond était hors de question, une nuit blanche était suffisante à ses yeux. Maurice alla donc chercher quelques exemplaires de cette colonie basée sur les Maurice Verheye d’Olsene.
Début 2000, il restait un seul pigeon chez Dedeyne et ce dernier avait des doutes quant à ses capacités reproductives. Après insistance, Maurice put en faire l’acquisition, il ne lui donnera que quatre jeunes, dont le père du vainqueur national de Brive… La femelle mise en présence de ce sujet Dedeyne venait d’une sœur au vainqueur national de Montauban accouplée «Victor» de chez Christiaens de Humbeek.
La mère du «Mistral» n’est autre qu’une propre fille au vainqueur national de Souillac en 2000, accouplé avec une fille d’un sujet Dedeyne X une sœur du vainqueur national Montauban. Comme vous pouvez vous en rendre compte, les trois pedigrees des vainqueurs nationaux de chez Casaert offrent de troublantes similitudes.

Trois voitures…
Avant le début de cette campagne de jeu, les champions néchinois avaient déjà remporté deux voitures mises en jeu lors de différents concours de pigeons. Cette année, afin de fêter les «Eperons d’Or», nos amis flamands avaient doté leur concours de Blois d’une voiture et celui qui classerait en premier deux désignés en serait le vainqueur. Mais qu’est-ce donc que ces «Eperons d’Or»? C’est tout simplement la commémoration d’une sanglante bataille s’étant déroulée en terres flamandes, voici plus de 700 ans. Les chevaliers français avaient tenté d’écraser la milice flamande, sans succès. A l’issue de la bataille, dans la boue de Groeninghe, les Flamands ramassèrent les ornements abandonnés par les Chevaliers français, ces éperons en or iront orner l’église Notre-Dame de Courtrai. Un grand historien belge y vit les premiers signes de l’unité belge puisque des gens du côté de Namur aidèrent les Flamands à terrasser l’envahisseur.

C’est donc dans cet esprit de fête des Eperons d’Or que fut organisé ce concours à portée de Blois et tout naturellement, les amis Flamands convièrent les wallons à venir festoyer en leur compagnie, en participant cette fois simplement à une joute sportive, avec l’oiseau emblème de la paix, de surcroît. Le champ de bataille se tiendrait de la sorte dans les airs et les seules armes utilisées seraient les ailes de nos vaillants coursiers. Près de 7.500 paires d’ailes prirent ainsi leur envol de Blois. Les chevaliers Casaert étaient venus croiser le fer en terre flamande et l’inquiétude se lisait sur le visage des participants maniant la langue de Vondel. Allaient-ils laisser filer les reliques du concours venant tout droit du garage VW le plus proche sans se défendre? Sébastien, le fils de Saint-Léger, décocha la première flèche et atteignit son but: 2e dans la catégorie des jeunes. Maurice et Grégory ne demeurèrent point assis sur leurs lauriers et deux gentes damoiselles de leur prestigieuse armée s’adjugeaient les 4e et 8e places. Les autres pouvaient laisser tomber les armes, d’un coup d’un seul, d’une botte secrète dont ils ont la recette, ils venaient de remporter la bataille des Eperons d’Or!

Nous attarder sur le pedigree de ces deux jeunes vedettes nous semble intéressant. Cela vient encore ajouter du poids à l’affirmation du talent de parfait colombiculteur qu’est Maurice Casaert.
Le père de la femelle qui remporte le 4e de Blois est un yearling encore en exercice. Il faut savoir qu’à Néchin, les veufs élèvent avant la saison, il est dès lors plus aisé de déceler l’un ou l’autre talent et le passer tout jeune à la reproduction. Jouer est d’argent à ce qu’élever est d’or. Ce yearling est un fils du «Gamin» qui n’est autre qu’un propre frère au «Nasdaq», vainqueur national de Souillac. On retrouve également une petite-fille du vainqueur national de Souillac du côté maternel avec la rencontre du vainqueur national Montauban, recette déjà observée ici…

L’autre lauréate, celle emportant le 8e prix, a pour père une nouvelle introduction de chez Vandenabeele, un petit-fils de son célèbre «Wittenbuik». La mère est elle issue de nouveau de l’union d’un frère au vainqueur de Souillac X une femelle issue d’une sœur au vainqueur national Montauban.
Encore ici on observe que l’oiseau est un savant mélange de tout ce qui se fait de meilleur, comment voulez-vous que le succès ne soit pas au rendez-vous dans de telles conditions?  

 

 

Trois fois bravo, Maître!
Demeurons donc avec ce chiffre trois pour féliciter les champions de Néchin, ils viennent d’écrire une nouvelle et incroyable page de leur histoire. Ils ne devraient pas s’arrêter en si bon chemin. Certes, au niveau des trois fils, cela semble du domaine de l’impossible, il reste cependant les trois victoires nationales et les trois voitures, dont le score ne peut que s’améliorer encore.
Personnellement, nous ne pouvons que répéter l’admiration sans limites que nous avons à l’égard de tous ces exploits. La puissance, la force et dans le même temps la tranquillité avec lesquelles les exploits s’entassent les uns sur les autres forcent le respect. Nous nous sommes cantonnés aux victoires nationales mais nous aurions pu embrayer sur les sacres lors des journées nationales ou encore parler des succès provinciaux et interprovinciaux. Par moments c’est une véritable déferlante qui s’abat sur le concours, une déferlante qui ramasse tout sur son passage. Les Casaert ont un palmarès unique et ce tout en restant de modestes colombophiles avec à peine une quarantaine de veufs. Le succès leur colle à la peau et leur va à ravir, aussi bien que le Texan fougueux entasse les victoires au Tour de France.
Sincèrement, Maurice et toute la famille, nous sommes heureux et fier de faire partie des amis de la maison. Encore trois fois bravo!

 


 

 

Quelques prestations de l’année 2004
25/04 Chantilly 397 vieu1, 2, 3, 4, 6, 8, 11, 14, 18, 19, 20, 26, 54, 93 de 18 engagés.
310 yearlings: 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 13, 19, 20, 28, 32 de 20 engagés.
01/05 Pithiviers 281 vieu1, 2, 3, 6, 9, 12, 13 de 9 engagés.
182 yearlings: 1, 3, 7, 57 de 4 engagés.
02/05 Chantilly 203 vieu1, 3, 5, 6, 7, 10, 11, 13 de 10 engagés.
197 yearlings: 3, 4, 5, 8, 10, 11, 13, 15, 17, 18, 19, 20 de 16 engagés.
15/05 Toury 497 vieu1, 2, 3, 5, 13, 26, 37, 38, 40, 44, 53, 60, 67, 98, 137, 142 de 19 engagés.
349 yearlings: 1, 2, 3, 5, 7, 19, 20, 33, 44, 45, 69, 76, 81, 97 de 19 engagés.
16/05 Epehy 231 jeunes: 1, 4, 31, 73 de 5 engagés.
22/05 Vierzon 1036 vieu2, 6, 15, 16, 29, 30, 37, 60, 108, 143, 229, 250, 264 de 15 engagés.
563 yearlings: 1, 2, 9, 37, 87 de 10 engagés.
Semi-national 16724 vieu8, 98, 309, 320, 578, 588, 695, 1060, 1616, 2087, 3488, 3787, 3978.
7839 yearlings: 3, 7, 177, 564, 1541.
05/06 Bourges 824 vieu2, 5, 6 de 4 engagés.
815 yearlings: 1, 5, 22, 84 de 4 engagés.
05/06 Bourges 1055 vieu1, 3, 9 de 4 engagés.
National 19477 vieu36, 71, 133.
05/06 Orléans 148 yearlings: 1, 5, 9 de 3 engagés.
26/07 Bordeaux 1746 vieu88 de 2 engagés.
03/07 Orléans 463 jeunes: 8, 24, 25, 26, 27, 28, 36, 37, 39, 43, 57, 60, 101, 119, 120, 121, 123 de 20 engagés.
03/07 La Souterraine 399 vieu9, 14, 20 de 6 engagés.
489 yearlings: 1, 16, 22, 33, 61, 84, 123 de 8 engagés.
10/07 Blois 503 jeunes: 1, 2, 15, 129, 164 de 8 engagés.
17/07 Bourges 360 yearlings: 1, 11, 13, 76 de 6 engagés.
24/07 Toury 473 jeunes: 1, 2, 3, 4, 24, 45, 91, 95, 105, 144 de 14 engagés. 

 

"Source PIPA.BE"

2 votes. Moyenne 2.00 sur 5.

Classificateur agréé par la FCF N° 913

Copyright © 2011- 2017 www.racingpigeonsring.com - Tous droits réservés

Email: redactie@racingpigeonsring.com
 
Ma Passion : Les Pigeons Voyageur et un passionné de la Race CASAERT M&G et CASAERT-SENECHAL